Aller au contenu

Comment vaincre sa timidité au travail ?

1e partie

Saviez-vous que l’on passe environ 12% de sa vie au travail ? Donc si vous êtes timide au travail, vous passez au moins 12% de votre vie à être timide. 12% de trop.

Si on prend une vision plus quotidienne, on peut dire que l’on passe sa journée au travail (ou sa nuit selon les horaires). Et très souvent, quand elle a été mauvaise, a des conséquences importantes sur votre journée personnelle ensuite : Sur votre mari, votre femme, vos enfants, vos amis, votre sommeil, votre libido...

Et donc quand, pendant une journée de travail, votre timidité a gâché vos relations avec vos collègues, votre supérieur, quand vous avez mangé seul(e), quand pendant une réunion vous avez été muet(te)... Souvent, en rentrant chez vous, le moral n’y est pas.

La moindre remarque vous énerve, le moindre pleur de vos enfants vous met hors de vous... N’avez-vous jamais ressenti ça ?

On peut ainsi distinguer 2 types de timidité au travail :

- Celle qui vous empêche de créer des liens avec vos collègues : Vous êtes seul(e) pendant les pauses, vous mangez seul(e), vous n’êtes pas invité(e) aux soirées entre collègues... Alors que vous ne l’avez pas choisi.

- Celle qui vous empêche d’exprimer votre vrai potentiel : Difficulté pour exprimer vos idées, votre point de vue, de prendre la parole aux réunions, de dire «non» à un supérieur, d’être force de proposition...

Souvent, les deux types sont liés.

A télécharger gratuitement : Ton guide "Comment engager et entretenir une conversation même quand on est timide ?"

Et une des raisons de ces difficultés, c’est notamment ce cercle vicieux : Au départ, la peur du regard et du jugement de l’autre vous empêche d’agir, de peur de dire n’importe quoi devant les autres pendant une réunion par exemple. Et moins vous agissez, moins vous avez confiance en vous, en votre capacité de pouvoir prendre la parole. Et moins vous avez confiance en vous, plus votre estime de vous diminue, vous sentant de plus en plus inférieu(e) par rapport aux autres. Et comme vous vous sentez inférieur(e), vous avez peur du regard et du jugement des autres...

Et pour casser ce cercle, je vous propose maintenant 2 clés à appliquer facilement et dès maintenant pour enfin créer des liens avec vos collègues (Le 2e point sera traité très prochainement dans un prochain article) :


#1 Ayez un objectif : Je ne parle pas de l’objectif global : «Vaincre ma timidité au travail» mais un objectif quotidien. Avant d’aller au travail, chaque matin, ayez un objectif, une action en tête pour créer ce lien.

Cela vous motivera et vous fera progresser dans votre timidité mais surtout, en douceur. En effet, cela enlèvera toute la pression que vous vous mettez au travail, à cause de votre timidité. Puisque là, un jour = un seul objectif.

De plus, cet objectif doit être :

- Simple à mettre en place

- Relativement facile à faire

- Pertinent

Simple à mettre en place, c’est à dire une action simple, qui nécessite peu d’effort et de temps de votre part. Donc, pas faire la bise à tout l’open space, c’est trop long.

Relativement facile, c’est à dire une action facile à faire pour vous, mais pas trop. Donc, pas de demande d’augmentation et d’année sabbatique, en même temps, c’est impossible.

Pertinent, c’est à dire qui vous fait progresser. Donc, pas acheter une nouvelle marque de café, cela ne sert à rien.

Par exemple : Aujourd’hui, votre objectif sera d’entretenir une courte conversation avec un(e) collègue.

C’est simple à mettre en place, cela va vous prendre à peine quelques minutes dans votre journée. C’est relativement facile, vous ne poserez uniquement que 2/3 questions, pas plus. C’est pertinent car cela vous fera progresser.

Il s’agit bien sûr d’adapter vos objectifs suivant votre timidité, votre motivation, vos envies...  Mais surtout ne vous jugez pas. Il y’a pas de petit objectif et c’est ok de ne pas avoir d’objectif pendant quelques jours.

Et suivant la réussite ou non de vos objectifs, adaptez-les : Si vous avez réussi, visez plus haut, si vous avez «échoué», visez plus facile... L’important, c’est d’avancer.

Donc retenez bien : Un jour = Un objectif !

Et justement, un des objectifs pourrait être de...


#2 Profiter des pauses : Vous pourriez demander à un(e) collègue ou un groupe de collègues de les accompagner pendant les pauses.

En effet, les pauses sont des excellents moments pour créer du lien avec vos collègues car vous êtes moins nombreux et logiquement plus détendus. Profitez également des pause-déjeuners qui durent plus longtemps. Sans oublier que souvent, partager un repas créé un lien fort.

C’est simple car la demande va vous prendre quelques secondes et réellement pertinent. A vous de juger ensuite, si cela est relativement facile ou pas pour vous.

Je vous conseille d’aborder des sujets légers, donc ne pas parler du travail : Vacances, famille, enfants, maison... En vous intéressant vraiment à vos collègues, sans être trop indiscret, vos liens seront d’autant plus forts.

Disponible aussi sur https://www.lesmotspositifs.com/blogue/vaincre-timidite-travail/